Face aux récents évènements, le Conseil des Gouverneurs s’exprime :

  • Posted on: 25 February 2019
  • By: Visiteurs

Les lions ne sont-ils que des rêveurs pour croire encore en l’humanisme ?
Serait-ce être antisocial que vouloir le bien-être d’autrui ?
L’actualité récente, avec des débordements en tout genre, des actes d’incivilités jusqu’aux actes antisémites, a donné lieu à des commentaires philosophiques et socio-politiques pessimistes pour l’avenir de l’humanité.
Pour certains, les réseaux sociaux seraient à la source de cette évolution « en levant les inhibitions élémentaires fondant la décence commune » (Alain Finkielkraut : interview du Figaro du 17.02.2019).
D’autres vont plus loin et relèvent que ce qui motive ces réactions violentes ce n’est plus le fait de posséder ce que l’autre n’a pas (la richesse à quel que degré que l’on se place) mais bien de ne pas être aussi désespéré que la masse des mécontents de leur sort.
Les attaques contre les cimetières ou les lieux de culte, dans la mesure où ils témoignent d’une croyance et d’une espérance,  seraient donc un symptôme d’une revendication de nivellement par le bas.
L’essayiste Frantz Fanon, qui prônait la solidarité entre opprimés, a écrit « quand vous entendez dire du mal d’un juif, tendez l’oreille, on parle de vous ».
Alors ne restons pas sourds aux marques d’intolérance, d’irrespect de l’autre ou de racisme. Plus que jamais soyons forts pour revendiquer les valeurs du lionisme que sont la tolérance, le respect de l’autre et l’amitié entre les peuples.
« On doit toujours prendre parti. La neutralité aide l’oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage celui qui tourmente, jamais celui qui est tourmenté. » Elie Wiesel